14,4 Md€ – Budget record alloué à l’Agence spatiale européenne – Bulletin d’Alerte n°242 – Aérospatial


14,4 Md€ – Budget record alloué à l’Agence spatiale européenne
Le conseil ministériel de l’Agence spatiale européenne (Esa) s’est clôturé le 28 novembre à Séville (Espagne). Les 22 Etats membres de l’Esa ont approuvé un budget record de 12,5 Md€ pour les trois ans à venir, qui grimpe à 14,4 Md€ avec les engagements supplémentaires accordés aux programmes financés sur cinq ans.
Une grande partie du budget (2,238 Md€) allouée au transport spatial permettra de financer la continuation des pro-grammes en cours et d’en lancer d’autres. ArianeGroup, qui construit l’actuel lanceur Ariane 5 et met au point Ariane 6, va pouvoir poursuivre sereinement ses travaux. Toujours dans la catégorie transport, un nouveau véhicule Space Rider, petite navette sans pilote destinée à l’emport d’expériences scientifiques et de démonstrateurs technologiques en orbite, va voir le jour. Placée sous la coiffe d’un lanceur Ariane ou Vega, elle aurait une espérance de vie de six vols.
Avec 2,541 Md€ du budget, le volet lié à l’observation de la Terre rafle la plus grosse part du gâteau, avec son pro-gramme Copernicus qui obtient 1,807 Md€. Le volet « Human & Robotic exploration » obtient 1,953 Md€ pour poursuivre l’ex-ploitation de la station spatiale internationale et développer des missions vers Mars et la Lune. Environ un quart de ce budget est dédié à la Lune, selon David Parker, directeur de l’exploration. Environ 300 M€ iront au « Lunar Gateway », 150 M€ aux activités robotiques sur la Lune et le reste au module de service de la capsule Orion. Vers Mars, le budget ira notamment à la mission Mars Sample Return en coopération avec la Nasa. Les financements ont également été prévus pour permettre le lancement – en 2020 – et la poursuite de la mission ExoMars en coopération avec la Russie.
Une catégorie “sécurité et sûreté de l’espace” a été créée. Même si son budget est relativement modeste, à 541 M€, elle marque l’importance accordée à des sujets comme les déchets spatiaux.
Les plus gros contributeurs au budget sont l’Allemagne, la France et l’Italie, suivis par le Royaume Uni, l’Espagne et la Belgique. L’Allemagne contribuant à hauteur de 3,294 Md€ couvre presque 23 % du financement. La France contribue de 2,664 Md€ (18,5 %). L’Italie, un pays aux compétences spatiales trop peu connues du grand public, arrive troisième avec 2,282 Md€ (15,9 %). Le Royaume-Uni reste dans l’ESA et contribue à hauteur de 1,655 Md€.
Cette augmentation du budget reflète une éventuelle prise de conscience de l’Europe du retard accumulé dans le domaine de l’aérospatiale face aux USA. L’espace devient un secteur clé de souveraineté. Face notamment à SpaceX, la position d’Arianespace sur le marché n’est plus dominante. Le marché des satellites est changeant et une faculté d’adaptation rapide est nécessaire.
Sources :
N° 22–2019: ESA ministers commit to biggest ever budget, ESA, 28 novembre 2019
Avec un budget record de 14,4 milliards d’euros, l’Agence spatiale européenne va pouvoir lancer de nouveaux projets, Usine Nouvelle, 28 novembre 2019